Aller au contenu principal

Créativité, une marque de fabrique

Le séminaire créativité réunit chaque année pendant deux jours plus de 400 étudiants de 1re année d’IMT Mines Alès et l’ENSCM et 60 animateurs créativité et innovation du monde de l’entreprise. Il est destiné à révéler le potentiel créatif de nos élèves et à les sensibiliser à l’intelligence collective

Ensemble de post it lors d'une séance de brainstorming
La créativité à IMT Mines Alès
  • Une expérience pédagogique UNIQUE au cœur de la créativité
  • Le HUB Créativité : un lieu exemplaire pour imaginer et créer le monde de demain
  • Le parcours entrepreneuriat : un dispositif pour oser et manager les innovations de demain
  • L’incubateur technologique : 30 ans d’actions au service de projets innovants de création d’entreprise
La créativité à IMT Mines Alès
La créativité à IMT Mines Alès

 

Une expérience pédagogique unique au coeur de la créativité

IMT Mines Alès est un acteur reconnu nationalement pour avoir développé de fortes compétences autour de la créativité, de l’innovation et de la création d’entreprises.
Depuis 15 ans, IMT Mines Alès a, plus particulièrement, intégré la créativité dans sa pédagogie.

COURS, SÉMINAIRE, CHALLENGE, MISSIONS… POUR TOUT COMPRENDRE DU PROCESSUS CRÉATIF. AUCUNE ÉCOLE NE VA AUSSI LOIN !

La créativité des étudiants à IMT Mines Alès
La créativité des étudiants à IMT Mines Alès
La créativité des étudiants à IMT Mines Alès
La créativité des étudiants à IMT Mines Alès
La créativité des étudiants à IMT Mines Alès
La créativité des étudiants à IMT Mines Alès
La créativité des étudiants à IMT Mines Alès
La créativité des étudiants à IMT Mines Alès

Un événement unique en France destiné aux élèves. Pendant 2 jours, des animateurs du monde de l’entreprise et du monde artistique accompagnent les étudiants de 1re année d’IMT Mines Alès pour comprendre, par une mise en situation, les processus d’organisation de l’innovation.


PARTENAIRES 2021 : ACCENTURE France, ASSOCIATION  LIMOUSINE DES CHALLENGES/LEGRAND, BOUCHARENC,  C9 CONSULTING, CAISSE D’ÉPARGNE LR, CRÉDIT AGRICOLE  Technologies et Services, DIAMOND CONSULT, DISNEYLAND  PARIS, EDF, ERGO SANTÉ, EUROVIA, FRAMATOME, HYGGE, LA POSTE, MYRIAGONE CONSEIL, ORANO, PIXITELA, SAFRAN AIRCRAFT ENGINES

"Ce séminaire offre l’opportunité d’apprendre à exploiter notre créativité en trouvant une solution concrète à un problème donné. Il m’a aussi permis de me rendre compte de l’importance de cette capacité dans le monde professionnel." Adélia ASSELIN

"Travailler sur un projet concret et proposé par une grande entreprise représentait un défi de taille. Grâce aux nombreux conseils et expériences partagés lors du séminaire, j'ai pu exploiter mon potentiel créatif et apporter, en équipe, une solution innovante." Gwendal BEAUMONT

Pendant 6 semaines, les élèves de première année relèvent un défi sur un sujet réel posé par une entreprise qui assure une partie du suivi pédagogique du projet.  Les plus belles idées sont récompensées par des prix et valorisées dans les entreprises.

PARTENAIRES 2021 : ASSOCIATION LIMOUSINE DES CHALLENGES, BOUCHARENC, CORA, CRÉDIT AGRICOLE, DISNEYLAND PARIS, ORANO, SAFRAN AIRCRAFT ENGINES

"J’ai beaucoup appris de cette belle expérience et notamment qu’il ne faut pas nécessairement être artiste pour créer. Mais comme dans les arts, beaucoup est à apprendre puis c’est à vous de vous exprimer." Gaëlle LATTUADA

"Un challenge d'équipe intéressant et stimulant qui permet de nous sensibiliser à quelques problématiques d'entreprise. Il peut aussi nous aider à orienter notre parcours scolaire grâce au contact direct avec nos tuteurs en entreprise et leur expérience." Florian DUMAS

Vous aurez la possibilité d’approfondir vos compétences dans le cadre de deux unités d’enseignement élective : « construire et animer un atelier de créativité » et «Design Thinking » ainsi qu’au cours de Week-end d’accélération #TechTheFutur qui constituent des concentrés d’actions autour de porteurs de projets innovants et start-up. Les Mission de terrain qui conduisent les élèves à réaliser une étude de faisabilité technique et économique, pendant 5 semaines au cœur des entreprises contribuent également à la formation d’ingénieurs aptes à produire de l’innovation et concevoir des activités nouvelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

« Un projet concret, stimulant, utile et qui ne restera pas dans les tiroirs ! C’est une occasion unique d’être en contact avec une entreprise et de construire son réseau ». Ludwig Deguffroy

LE HUB CRÉATIVITÉ : UN LIEU EXEMPLAIRE POUR IMAGINER ET CRÉER LE MONDE DE DEMAIN

Le campus scientifique Louis Leprince-Ringuet, dont la dernière tranche a été livrée en 2021, soutient les ambitions de développement d’IMT Mines Alès : accueillir plus d’élèves en formation, regrouper les trois laboratoires de recherche sur un seul site et matérialiser son leadership en matière de créativité.

La mission du Hub Créativité est de stimuler la créativité dans toutes les activités de l’école, au service tant de ses élèves, du personnel, des entreprises que du grand public.
On y trouve un grand hall ainsi qu’une scène ouverte de 130 places. Une rampe permet de progresser dans les niveaux supérieurs où l’on trouve des salles en libre-service pour les travaux de groupe ou travail individuel, ainsi que de nombreuses salles ou espaces propices à la créativité. Une grande salle pouvant accueillir jusqu’à 70 personnes permet dans des conditions inspirantes et ergonomiques d’organiser des séances de créativité, d’organiser des réunions de qualité ou des séminaires, soutenances de thèse… La terrasse accessible depuis le dernier niveau présente un des plus beaux points de vue sur Alès et ses environs.

Sont présents au Hub, l’incubateur, l’animateur créativité et l’accueil du site de Croupillac
Au rez de chaussée, on y trouve également une cafétéria ouverte toute la journée. Au premier niveau se trouve un espace de lecture où sont proposés des ouvrages en lien avec la créativité, l’entrepreneuriat et les technologies.

Le Hub est ainsi un véritable lieu de vie centrale du campus de Croupillac où chacun peut à loisir venir se poser, réfléchir, chercher l’inspiration ou se restaurer !
L’architecture inspirante a été conçue par Emmanuel Nebout. Le hall est orné de l’œuvre de Mathieu Merlet-Briand, inspirée du cercle chromatique de Johannes Itten. Elle décline en 12 panneaux notre baseline particulièrement adaptée à ce bâtiment « La science et la créativité pour inventer un monde durable »

 

Le campus de IMT Mines Alès prévu en 2021

 

 

LE PARCOURS ENTREPRENEURIAT : UN DISPOSITIF POUR OSER ET MANAGER LES INNOVATIONS DE DEMAIN

IMT Mines Alès propose à ses élèves un accompagnement sur-mesure pour tester, valider, expérimenter et, peut-être, passer à l’acte. 

Dans tous les cas, il s’agit d’acquérir une posture entrepreneuriale qui pourra permettre, par la suite, de rejoindre une start-up, d’entrer dans un incubateur, d’apporter un « esprit start-up » dans un grand groupe...

Pour cela, l’école met à disposition :

  • Un « coach » de l’incubateur technologique pour accompagner l’élève dans la construction de son parcours personnalisé
  • Une véritable boite à outils (ateliers, week-ends d’accélération, cours, options...)
  • La possibilité de réaliser un certain nombre d’exercices pédagogiques sur le projet dès la première année et tout au long de la scolarité (stage, PFE, missions de terrain...).

 

En savoir plus

L’INCUBATEUR TECHNOLOGIQUE : 30 ANS D’ACTIONS AU SERVICE DE PROJETS DE CRÉATION D’ENTREPRISE

L’incubation, IMT Mines d’Alès en connait un rayon ! C’est elle qui a intégré le premier incubateur technologique au sein d’une école d’ingénieurs, il y a 30 ans déjà. 

L’incubateur IMT Mines Alès est dédié à l’accompagnement de projets innovants de création d’entreprise, basés sur des technologies en lien avec les domaines de spécialités des centres de recherche d’IMT Mines Alès.

12 A 36

mois pour valider le projet.

216

entreprises créées.

1833

partenariats entreprise.

Une nouvelle manière de créer : innovation frugale

Mise en situation :

Le Burkina Faso est un pays producteur de tomates, c’est d’ailleurs la deuxième plus importante culture maraîchère derrière l’oignon.
Cette production est approximativement égale à 10000 tonnes par an. Une partie est destinée à la consommation des territoires nationaux et la plus grande quantité de production est exportée vers le Ghana, le Togo et la Côte d’ivoire.

Les producteurs sont confrontés à plusieurs problèmes dont celui de la conservation de la tomate fraîche. En effet les acheteurs des pays limitrophes, sachant que les producteurs n’ont pas de moyens de conservation de la tomate fraiche, attendent le dernier moment, juste avant que la tomate ne soit plus commercialisable car trop mure pour les acheter. C’est à ce moment-là que les cours sont au plus bas. Les producteurs burkinabès n’arrivent ainsi pas à rentabiliser leurs cultures.
Le problème initial, et nous verrons plus tard pourquoi nous parlons de problème initial, était de conserver les tomates fraiches alors que les producteurs n’ont pas de moyens de conservation comme par exemple des chambres froides et surtout pas d’énergie électrique disponible.

Comment faire en utilisant uniquement les ressources disponibles sur place facilement ?

Toute innovation frugale doit être focalisée sur la fonction principale à réaliser, ici, a priori conserver des tomates fraiches.
Est-ce vraiment la bonne formulation pour déterminer la fonction à assurer et comment le faire ?
Essayons de raisonner de manière inductive pour simplifier et reformuler afin de nous focaliser sur une piste à explorer pour conserver des tomates fraiches.
Posons-nous cette question : mais finalement que faudrait-il faire, quelle est la fonction principale à assurer pour conserver des tomates fraiches ? Quelles sont les idées générales dont la formulation est exprimée le plus simplement possible qui pourraient être efficaces ?

  • Refroidir
  • Mettre sous vide
  • Mettre sous atmosphère protectrice
  • Ventiler
  • Les transformer (ah non ce n’est pas l’objectif, nous les voulons fraiches)

Focalisons-nous tout d’abord sur la fonction de refroidir et sortons du contexte de la tomate au Burkina Faso pour vraiment consacrer notre énergie sur « refroidir »
Ok, quels sont les moyens qui permettent de générer du froid même si scientifiquement parlant c’est inexact, il faudrait plutôt dire « retirer de la chaleur existante ?

  • Détente d’un gaz (c’est le principe du réfrigérateur classique)
  • Evaporation d’un liquide
  • Rayonnement d’un corps
  • Absorption d’un gaz par un liquide
  • Réaction thermochimique

Lorsque nous comprimons un gaz il s’échauffe, eh oui en le comprimant nous lui fournissons de l’énergie qui contribue en partie à l’échauffer. A l’inverse si nous permettons à ce gaz comprimé de se détendre il relâche de l’énergie et se refroidit. Nous pouvons faire l’expérience suivante : si vous gonflez la chambre à air d’un vélo avec une pompe à main vous vous apercevez que le corps de la pompe chauffe, c’est normal, grâce à la pompe vous comprimez l’air qui se trouve à l’intérieur, l’air s’échauffe. Vous avez donc maintenant un pneu gonflé, amusez-vous à dégonfler le pneu rapidement grâce à la valve, l’air à sa sortie vous procurera une sensation de froid au niveau de votre main.

L’évaporation d’un liquide permet de refroidir, il s’agit du principe de la chaleur latente d’évaporation. Nous l’avons tous constaté. Après s’être baigné, lors de la sortie de l’eau, même si la température extérieure est élevée, s’il fait du vent nous avons froid. Ce froid est « créé » par l’évaporation de l’eau. Le corps humain se sert d’ailleurs de ce phénomène physique, lorsque nous avons chaud, nous suons et c’est grâce à cette sudation composée notamment d’eau qui s’évapore que notre corps est refroidi, cela s’appelle l’évapotranspiration. Pouvons-nous utiliser ce principe à notre problème ?

Bon, nous nous arrêterons là pour les illustrations des différents phénomènes qui produisent du froid. On en apprend des choses lorsque l’on fait de l’innovation frugale, non ?

Intéressons-nous plus particulièrement au phénomène de l’évaporation et essayons de voir comment l’appliquer dans notre contexte de conservation des tomates fraiches au Burkina-Faso en n’utilisant que ce dont nous disposons sur place.

A ce stade la reformulation est : « comment réaliser de l’évaporation à proximité des producteurs de tomates ? ». Est-ce faisable ? De quoi avons-nous besoin concernant les ressources, les matériaux, le matériel, les compétences, … ? C’est maintenant qu’il est nécessaire de bien connaitre ce dont nous pourrions disposer.

Que pourrions-nous faire évaporer ? De l’eau ? Cette ressource est disponible et est d’ailleurs nécessaire à la culture des tomates. Comme décrit précédemment pour le baigneur ce phénomène d’évaporation est favorisé par le soleil et le vent, cette ressource est largement disponible et gratuite de surcroit. La nature est une bonne alliée, non ? Alors pensons à la préserver. A ce sujet peut-être faudra-t-il penser à utiliser le moins d’eau possible.

Nous avons maintenant ce qu’il nous faut pour créer le phénomène d’évaporation. Dans quoi allons-nous le réaliser et rassembler les tomates à conserver ? Nous parlons ici d’un contenant qui pourrait être réalisé par la population locale.

Il se trouve que les burkinabès sont des potiers dont le savoir-faire permet de réaliser des récipients de grande taille, de plus l’argile est accessible à même la surface. Il est donc possible de réaliser des enceintes en terre cuite capables d’accueillir nos tomates. Avec un peu d’imagination, une des solutions pourrait être celle-là :

Que tirons-nous comme conclusions de cette histoire de tomates ?

Comme dans toute démarche créative plusieurs phases se sont succédé.

  • Une phase d’induction pendant laquelle nous cernons le problème en le simplifiant et le centrant sur ce qui est important et qui constitue la fonction première.
  • Une phase de divergence afin de trouver des réponses sur des principes en s’extirpant du contexte initial, à ce stade pas de réponse élaborée.
  • Une phase de convergence afin d’élaborer telle ou telle réponse adaptée aux moyens disponibles.

Cette approche n’est pas nouvelle de manière générale, l’élément essentiel que nous devons souligner ici est la reformulation de la destination car suivant la destination le chemin emprunté n’est pas le même.

La destination préfigure la posture dans laquelle nous nous trouvons pour trouver des solutions. Cette destination reformulée éclaire un itinéraire à prendre.

Il y a une différence de destination entre « comment conserver des tomates fraiches » et « refroidir ».

Après avoir vu le cheminement de l’élaboration de cette innovation basé sur la reformulation qui nous a permis de prendre un chemin détourné de la ligne droite que l’on est tenté de suivre reliant problème et solution, quels en sont les traits caractéristiques ?

  • Le problème était causé par une exclusion, dans notre cas une exclusion relative à l’accès à l’énergie électrique.
  • La démarche a consisté à remettre en cause les modèles, nous n’avons pas cherché à améliorer un système existant.
  • La solution envisagée utilise des ressources disponibles localement, bon marché ou gratuites.
  • La solution technologique adoptée est comprise, portée et adaptable par la population locale, adaptable dans la mesure où les enceintes en terre cuite peuvent prendre des formes à la demande suivant le besoin. De plus cette solution mobilise fortement la main d’oeuvre et les compétences locales.